Quelle est la taille idéale pour votre Bankroll ? Et pour jouer en pro ?

Des cartes et jetons représentant votre budget, capital ou bankroll au poker
Combien vous faut-il pour jouer ?

Dans la première partie de cet article, j'espère vous donner un peu plus de sagacité pour choisir la taille de votre bankroll.

Les conseils à propos de la taille de la bankroll sont généralement clairsemés, et ne vont pas suffisamment en profondeur pour être une aide concrète pour le joueur moyen.

Pour arriver à une conclusion sur la taille de bankroll qu'il vous faut, vous devez d'abord répondre à quelques questions à propos du jeu, et de comment vous envisagez d'y jouer.

Qu'est-ce que le poker pour vous ?

La première questions à laquelle vous devez répondre est la plus importante. Qu'est-ce que le poker pour vous ? Est-ce un jeu, un hobby, une obsession, une profession ?

Comment jouez-vous au poker ?

Si vous avez répondu quoi que ce soit d'autre qu'« obsession » ou « profession », alors la question est encore discutable pour vous. 

Etes-vous TAG (serré-agressif), LAG (large-agressif), ou totalement autre chose ? Aimez-vous être joueur, ou attendez-vous les nuts (le jeu max) ? Allez-vous pousser tout votre stack sur un semi-bluff, ou jouez-vous seulement les mains faites ?

Jouez-vous live, ou jouez-vous en ligne ? Si vous jouez en ligne, est-ce que vous multi-tablez ?

Quelle est votre qualité de vie ?

Cette question est seulement applicable aux joueurs qui choisissent de jouer au poker professionnellement (voir seconde partie de cet article).

Vivez-vous à la maison, avez-vous une location, une hypothèque ? Avez-vous une voiture, un bateau ? Combien de crédits ou prêts avez-vous ? Aimez-vous manger du steak haché ou du filet mignon ? Quel est votre revenu mensuel nécessaire pour conserver votre actuel niveau de vie standard ? Etes-vous heureux avec votre statut de vie actuel, ou aimeriez-vous une amélioration ?

Buy-ins de base et la bankroll de poker faite pour vous

(BI = buy-ins)

Si le poker n'est pour vous rien d'autre qu'un divertissement (vous jouez quelquefois dans l'année et seriez tout autant heureux de jouer pour des allumettes ou quelques centimes), alors vous n'avez pas vraiment du tout besoin d'une bankroll. Dans ce cas : Bankroll effective = 0 BI

Si le poker est un hobby, quelque chose auquel vous jouez quelquefois dans le mois ou dans la semaine, vous allez avoir besoin du début d'une bankroll, mais elle n'a pas à être suffisamment grosse pour vous emmener dans de gros travers. Vous aurez besoin de ce qu'il sera suffisant pour couvrir un mois de jeu avec un seul buy-in dépensé par session. Bankroll effective = 2 à 5 BI

Mike Matusow, exemple d'un joueur qui a mal géré sa bankroll
Mike Matusow n'est probablement pas la meilleure personne à prendre pour exemple concernant la gestion de bankroll.

Le poker en tant qu'obsession est le moment où vous avez besoin d'une bankroll légitime. Dès que vous jouez une fois par semaine ou plus, vous allez avoir besoin d'être capable de couvrir les mauvaises périodes que vous subirez.

A ce stade vous avez de manière présumée toujours un travail pour vous aider à vous sortir d'affaire en cas de l'arrivée de problèmes. Vous pouvez vous permettre de faire des pauses durant les mauvaises périodes, pour ensuite revenir l'esprit frais à la partie. Si vous ne jouez qu'en live, vous pouvez survivre avec une Bankroll effective de 10 BI. Une fois que vous commencez à jouer en ligne, vous allez avoir besoin d'une bankroll légèrement plus grosse pour jouer à la même limite d'enjeux.

Le poker en ligne va vous faire voir plus de mains, généralement contre de pires joueurs. Cela va entraîner une plus grosse variance dans vos résultats que lors d'un jeu exclusivement live. Votre capital pour une simple table en ligne devrait être avoisinant des 15 BI.

Si vous multi-tablez en ligne, vous mettez plus d'argent en jeu, ce qui aide à faire décroître la variance, mais vous augmentez aussi le risque. Bien que ce soit peu probable, il est possible que vous soyez impliqué sur les huit mains de vos huit tables à la fois. Cela signifie que vous courez le léger risque de perdre jusqu'à 8 BI juste en l'espace de quelques minutes.

Dans le même temps, vous avez la possibilité de doubler et de faire 8 BI en tout aussi peu de temps. Le risque de variance accrue requiert donc une augmentation de capital.
Plus vous jouez sur de nombreuses tables, plus la grosseur de votre capital devrait être importante. Pour jouer sur de deux à huit tables, je recommanderais de ne pas jouer avec une bankroll inférieure à 25 BI.

La règle de gestion de bankroll utilisée par Chris Ferguson est de ne jamais avoir plus de 5% de votre capital total en jeu sur une seule table. Avec un capital de 25 BI, cela vous met à 4% par table, vous gardant dans les clous de votre capital et respectant la règle de Jésus, que nous savons tous être une sage parole.

Le poker en tant que profession demande sa propre classification de bankroll. Je parlerai de cela plus tard.

Faisons quelques calculs de bonne bankroll poker

Plus vous êtes agressif, plus vous devrez avoir un capital large. Si vous êtes capable d'aller jusqu'à miser quatre buy-in en une seule session, votre capital devra s'y adapter. Pour l'obsédé du poker, nous avons démarré par un capital live de 10 BI, qui couvre un maximum de deux buy-in par session.

Pour chaque buy-in que vous allez ajouter par session, votre capital a besoin d'un ajout de cinq buy-in additionnels. Ainsi un joueur investissant régulièrement pas moins de quatre buy-in à la fois, devrait détenir un capital de 20 BI.

Plus vous mettez en jeu de buy-in en une session, plus vous jouez un type de jeu agressif ou "joueur". Ce style peut être rentable, si ce n'est plus qu'une approche très conservatrice, mais il ne peut le rester sur le long terme qu'avec un capital à la bonne taille.

Il est vraiment difficile de dire à quel point vous êtes un joueur agressif, bien qu'il soit réellement facile de voir combien de buy-in vous pensez nécessaires pour une session. C'est pourquoi j'aime utiliser la règle du buy-in pour clarifier la taille correcte pour une bankroll.

Ce même concept s'applique au jeu en ligne : si vous vous asseyez à la majorité de vos tables assez profond avec 1 à 4 buy-in, votre capital doit le refléter. Cela peut raisonnablement forcer à monter une bankroll appropriée jusqu'à un montant de 25 à 50 BI pour votre session de 8 tables en ligne.

Certaines personnes comprennent mieux le concept avec des montants en dollars plutôt que des buy-in. Pour vous donner une idée à combien d'argent cela équivaut généralement, j'ai fait un petit tableau :

BIs BIs en Dollars pour une partie à 200 $ Max
2 400 $
5 1 000 $
8 1 600 $
10 2 000 $
15 3 000 $
20 4 000 $
25 5 000 $
50 10 000 $

Si vous êtes un bon joueur de poker, qui gagne régulièrement de l'argent sur le long terme, vous ne pouvez que faire cet argent en ayant suffisamment d'excédent d'argent dans votre capital. Il est toujours meilleur d'en avoir trop que pas assez. Sinon cela peut vous amener vers la ruine.


La seconde partie de cet article va couvrir les chiffres et considérations que vous devez prendre en compte lorsque vous choisissez et gérez un capital approprié en tant que professionnel de poker.

---

Votre Bankroll, Partie 2 : Le capital pour un pro

Jouer en pro au Rio Casino demande un capital poker adapté
Le Rio pourrait-il être votre prochain terrain de jeu ?

Cette seconde partie se consacre à la taille du capital requise pour jouer et vivre du poker en tant que professionnel.

Alors comme ça vous voulez devenir pro ?

C'est là où ça devient piégeux. La majorité des joueurs voulant passer pro basent strictement la taille de leur capital sur les chiffres que j'ai utilisés pour un simple joueur « obsessionnel ». Le problème à ça est que cela ne prend pas en compte ce petit quelque chose que nous aimons appeler la vie.

En tant que simple joueur obsessionnel, vous travaillez quotidiennement pour vous constituer un salaire, utilisé pour subvenir à vos besoins. Votre capital poker est utilisé pour jouer au poker, et faire de l'argent sans que les « cycles » ou la variance n'affectent votre qualité de vie.

Lorsque vous commencez à jouer en professionnel, votre bankroll n'est rien d'autre que votre argent. A moins que vous n'ayez des économies massives sur lesquelles vivre, vous serez forcé de le faire aux frais de vos gains et capital.

Premier Scénario de poker en pro : Un mauvais mois

Il est très courant pour les joueurs professionnels de poker d'aller au devant de très longues périodes de pertes. Mais nous allons prendre une approche modérée pour notre scénario. Disons que vous avez un capital moyen et que vous partez avec 3000 $ sur votre jeu très serré-conservateur.

Vous rencontrez un mauvais mois (selon nos critères prudents) et finissez par équilibrer vos pertes sur celui-ci. Après un tel scénario, les joueurs simplement obsessionnels continueront d'être dans la danse avec un bon capital. En tant que professionnel, vous avez maintenant un problème. Vous n'avez pas perdu d'argent, mais vous n'en avez pas fait non plus. Et maintenant vous avez des dépenses pour vivre, à partir de votre capital.

Daniel Negreanu connaît l'importance du capital pour un pro de poker
Daniel Negreanu avait rapidement tout reperdu l'argent qu'il avait gagné lors de sa première victoire en tournoi.

Location, voiture, crédits, carte bancaire, nourriture, loisirs, autres factures diverses et variées... quel que soit votre niveau de vie, vous avez maintenant à payer tout ça. A nouveau, soyons mesuré, et disons que vous pouvez couvrir le tout, et vivre confortablement pour 1000 $ par mois.

Votre bankroll est maintenant descendue à 2000 $.

Le mois suivant vous faites un total de 1000 $. Cet argent va pour vos besoins vitaux du mois, vous êtes ainsi toujours déficitaire de 1000 $ sur votre capital de départ, sans avoir perdu d'argent au poker. Si vous avez un autre mois comme le premier, vous descendrez à un total de 1000 $, sans avoir encore eu de mois perdant jusqu'à présent.

Dans le but de récupérer quelque argent, vous devez gagner l'équivalent de vos dépenses vitales, plus un extra sur le mois. Et si vous jouez à de très basses limites, cela peut se révéler plus difficile qu'il n'y paraît.

Deuxième Scénario de poker en pro : Cela empire

En envisageant un pire scénario que le premier, où vous parviendriez à perdre 1000 $ ce premier mois tout en ayant à payer vos dépenses pour vivre, vous allez démarrer le deuxième mois avec un capital de 1000 $. Si vous ne faites pas mieux que de rester sur vos pattes ce mois qui vient, vous êtes officiellement broke (ruiné).

Il n'est pas rare pour les meilleurs joueurs du monde d'aller au devant de séries de pertes allant jusqu'à 6 mois, et ici vous ne vous êtes ruiné qu'au bout de deux. Avoir à payer pour vos dépenses de la vie courante à partir de votre capital constitue un plus gros piège que vous n'imaginez.

Jusqu'à faire quelques calculs et que vous travailliez dessus, vous ne réalisez pas à quel point il est difficile de revenir au point où vous étiez une fois que vous êtes tombé dans un trou. Si vous voulez réussir, vous allez devoir envisager le pire, et y être préparé.

Vous devriez ainsi posséder de deux à six mois de réserve pour vos dépenses de la vie courante, en plus d'un capital complet. Cela donne une bankroll « sécurisée » aux alentours de 50 BI tout en vivant à l'économie.

La vie passe en premier !

Si vous échouez à gagner de l'argent pour en vivre au cours de votre mois de jeu, cet argent devra venir de vos fonds en réserve pour subvenir à vos besoins. Si le mois suivant vous faites de l'argent au-delà de vos dépenses de la vie courante, tous les profits seront directement de retour dans ces fonds de côté pour vivre. Une fois seulement que vos fonds de roulement pour vivre seront pleins, que vos dépenses mensuelles seront payées et que votre capital sera de retour au max, vous aurez des chances d'économiser de l'argent, ou de pouvoir tenter de monter votre capital.

Une liasse de billets en euros : bonne taille pour une bankroll poker ?
La vie passe en premier : ne négligez pas votre budget "réel" pour celui du poker...

Ceci étant cela ne vous mettra toujours pas à l'abri d'une sérieuse débâcle, ou d'un horrible mauvais cycle (aussi appelé downswing). J'ai vu des joueurs perdre 1000$ en une session sur une partie à 200$ de buy-in ; il n'est ainsi pas impensable que vous puissiez perdre 4000$ au cours d'un mois sans le voir venir.

Et cela ne vous couvre d'ailleurs pas non plus en cas d'impondérable de la vie. Il n'est pas rare de voir surgir une dette imprévue de 1000 $, particulièrement si vous avez une voiture. Comment envisagez-vous d'y faire face ?

La première chose dont vous devez toujours vous rappeler, est que la vie passe avant tout. Si vous entrez dans une crise, ou que vous ne pouvez simplement pas dominer le jeu comme vous pensiez le faire, il est nécessaire que vous quittiez le jeu tant que vous avez encore suffisamment d'argent pour continuer à vivre à votre niveau de vie, pour aussi longtemps que cela vous prendra pour trouver un vrai job.

Jouer au poker en professionnel demande plus de capital qu'il peut y paraître. Si vous avez régulièrement fait de l'argent durant votre dernière année de jeu en tant que joueur obsessionnel, vous avez quand même toujours besoin de ce capital pour franchir le pas. Sans la bankroll appropriée, votre capacité à continuer de jouer dépendra de la chance qui vous attendra de l'autre côté de la barrière.

Je n'ai jamais aimé devoir jouer sur des choses de cette importance. Si vous êtes court en capital, vous ne faites que lancer le dé et ne vous en remettez qu'à un bon cycle de chance pour lancer votre carrière et vous amenez là où vous avez besoin d'être, bien stacké. Avant qu'un mauvais cycle ne frappe.


A voir aussi : 5 règles pour sauver votre bankroll de poker en ligne

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page