Pour ne pas craindre au poker : Soyez concentré !

jason mercier
Jason Mercier, distrait par notre photographe...

Télévision, amis, MSN, showgirls, e-mails, coups de fil, sms, … selon où vous jouez au poker, vous avez de grande chance de vous retrouver face à d'innombrables distractions prête à vous subtiliser toute votre attention.

Si vous voulez être un gagnant constant au poker, il est impératif de lui consacrer 100% de votre attention, 100% du temps.

Et nous ne voulons pas seulement parler des mains dans lesquelles vous êtes impliqué. Parfois les mains que vous avez couchées peuvent être même encore plus importantes !

Dans l'article Pour ne pas craindre au poker : prêtez attention, nous avons vu pourquoi les distractions pouvaient faire mal à votre bilan à la fin du mois. Dans cet article, nous allons explorer quelques exemples pour aider à clarifier ce point.

Un souci avec les Rois

Vous jouez une partie de No-Limit 1$/2$ et trouvez une paire de rois au cut-off (bouton -1). Quelques joueurs limpent avant vous, avant que vous ne lanciez une relance de 15$ (standard à la table où vous jouez).

Vous n'obtenez qu'un suiveur en milieu de parole, un gars dans les quarante ans portant un chapeau des Denver Broncos très sale et délavé.

Flop: 9 J 4

Le gars au chapeau checke, vous misez 25$, et il suit.

Turn: 9 J 4 - 6

Le cow-boy checke à nouveau, vous placez une nouvelle mise, cette fois de 65$, il paye à nouveau.

River: 9 J 4 - 6 - A

Et là le pâle sosie de Doyle Brunson part à tapis pour 250$, 40$ de plus que le pot. Vous réfléchissez au coup et êtes bien embêté par le tirage couleur max qui a finalement touché un as, un brelan ou deux paires aléatoires. Mais vous n'arrivez pas à comprendre pourquoi il aurait checké-suivi deux fois sur un tableau aussi dangereux.

S'il a touché son as, il ne serait même pas pour autant toujours sûr d'avoir la même main, faisant de sa grosse mise en stop-and-go quelque chose ressemblant à un bluff.

Alors que faisons-nous ?

hoyt corkins 826
Non ce n'est pas Butch mais Hoyt.

Si nous avions prêté attention aux mains précédentes à la table, notre réponse serait assez simple.

5 Mains plus tôt...

Tandis que notre homme au chapeau - appelons-le Butch, ça sonne bien - était au bouton, il a été impliqué dans une main qui vous aurait donné toute l'information nécessaire pour que vous fassiez le move correct dans la main qui nous intéresse.

Le joueur UTG (Under The Gun, premier de parole) avait relancé à 12$, vous aviez couché une quelconque poubelle, et notre ami Butch avait suivi, pour se retrouver en heads-up au flop.

Flop: 8 9 3

UTG misa 20$, Butch relança à 50$, et UTG suivit.

Turn: 8 9 3 - 3

UTG checka, Butch misa 75$, et UTG suivit.

River: 8 9 3 - 3 - K

UTG checka à nouveau, Butch misa 100$, puis UTG relança à tapis pour 225$.

Butch réfléchit alors un moment, puis coucha 8 8 en les montrant faces découvertes. Et c'est un UTG surpris qui repartit avec le pot.

Si vous aviez été attentif à cette main, vous auriez noté que Butch est en fait un joueur qui joue la peur au ventre, seulement à l'aise avec les nuts (le jeu max), et qui n'ira pas risquer tout son stack. La seule chose qui le battait ici aurait été un meilleur brelan, ou deux trèfles pour la couleur backdoor.

Bien que Butch n'avait aucun moyen d'être à 100% certain qu'il était devant, il y avait trop de mains qui auraient joué le coup de cette manière et qu'il battait (brelan inférieur, deux paires, la top paire, ou même un bluff). Sans oublier qu'il obtenait une cote d'un peu moins de 6 contre 1 : le call était très facile.

Un joueur suffisamment serré et faible pour coucher cette main, ne bluffera jamais sur la main qui nous posait problème en début d'article. Avoir prêté attention à cette main passée nous aurait fait économiser 250$.

Le tapis fantasque

Vous êtes assis avec 280$ dans une partie No Limit à 1$-2$, en train de regarder la télé et de bloquer sur la serveuse. Vous vous imaginez être à deux doigts d'avoir son numéro au moment où vous recevez T T au bouton.

Après vous être excusé de devoir suspendre la conversation, vous payez la relance de 15$ et vous retrouvez avec deux autres joueurs à voir le flop.

Flop: 9 4 3

Le premier joueur part instantanément à tapis pour 115$, le second se couche, vous laissant seul face à votre décision à prendre.

serveuse poker
Mater la serveuse n'est malheureusement pas compatible avec un bon poker.

Vous devez payer 115$ pour en gagner 160$, soit une cote de 1,4 contre 1 sur votre argent. Les cotes ne sont pas extras, mais le tableau est assez "sec" et vous avez une over-pair.

Tentez-vous le "hero call", ou attendez-vous une meilleure opportunité ?

Deux Mains plus tôt...

Si vous n'aviez pas essayé de mater en-dessous du tee-shirt de la serveuse au même moment, vous auriez vu ce même joueur faire un 3-bet (sur-relancer pré-flop) à tapis pour son stack de 60$ avec... 9 4. Il toucha finalement un 9 à la turn pour battre son suiveur avec A K, mais avait tout de même déjà un bras dans la manche de son blouson, prêt à se lever.

Si vous aviez remarqué que ce joueur voulait rentrer chez lui, essayant juste de jouer le coup façon loterie, soit pour essayer de doubler et rentrer dans ses frais, soit pour finir les poches vides (bien plus courant en live que vous pouvez l'imaginer), vous auriez su que payer avec vos dix ne demandait pas la moindre seconde de réflexion.

Bien qu'il soit possible qu'il ait une meilleure paire, il est bien plus probable qu'il bluffe, ou ait quelque sorte de tirage, ou une paire. Il y a des chances pour que vous soyez bien ici, et que vous n'ayez pas besoin de cotes quelconques pour faire le call.

Le Bilan

Plus vous prêtez attention à des détails à la table, plus de mains vous scrutez et analysez, plus vous aurez de chances de prendre la bonne décision lorsque votre propre argent sera en jeu.

Les joueurs les plus profitables étudient le jeu en permanence, tout comme l'approche du jeu de leurs adversaires. En fin de compte Phil Ivey n'en sait probablement pas plus niveau stats que n'importe quel geek ayant une étagère remplie de bouquins sur le sujet.

Mais une chose est sûre, il prête plus attention, et récolte plus d'informations à la table que n'importe quel autre joueur. Le poker est un jeu d'actions et de réactions, vous devez pleinement comprendre ce que vos adversaires sont en train de faire avant de pouvoir envisager la réponse la plus appropriée et la plus profitable.

Prêtez attention, même si vous n'êtes pas sûr de ce à quoi vous devez faire attention. Regardez juste le déroulement des mains, prenez des notes (mentalement) sur qui mise, qui suit, et avec quelles mains ils ont fait tout ça.

Votre subconscient récoltera bien plus d'informations que vous pourriez l'imaginer, vous donnant l'intuition dont vous aurez besoin pour faire ce qu'il faut tout au long de la route. Regardez, observez, réfléchissez, puis jouez. Le poker est un jeu pour l'homme qui pense, il n'a jamais été conçu pour pouvoir se jouer sans avoir besoin de rien faire.